«

»

La BD Noob : interview des créateurs

Les créateurs de la BD Noob autour de Matthias

Les créateurs de la BD Noob autour de Matthias

Salut salut !
Aujourd’hui on partage avec toi notre rencontre avec les créateurs de la bande dessinée NOOB : Fabien Fournier (scénariste), Philippe Cardona (dessinateur) et Florence Torta (coloriste).
Dans cette interview tu découvriras la manière dont travaillent les auteurs, quel est leur matériel, quels sont leurs futurs projets, et bien plus encore…

 

Tu n’as plus qu’à visionner, et à nous dire ensuite dans les commentaires si ça t’a plu ! ENJOY ! :)
(la transcription texte de l’interview est sous la vidéo)

 

Si tu préfères lire, voici maintenant toute la transcription texte de l’interview Noob :

Matthias Bourdelier : « Bonjour à tous, c’est Matthias, on est à Japan expo 2012 dans le milieu VIP, je suis trop content ! On a la chance d’être avec les 3 auteurs de la bande dessinée Noob !

Comment ça va, comment trouvez-vous le festival cette année, est-ce que c’est bien organisé pour vous ?

Fabien Fournier :

- Nous de notre côté c’est très très bien organisé, on a commencé cache pistache avec une dédicace Soleil le jeudi matin ! Déjà le jeudi quand on est arrivé, on a fait le tour, on a vu le petit roll-up Soleil, on a vu aussi que Kazé avait fait un espace, on a installé notre propre stand pour la web-série, donc ça c’était rigolo !

Philippe Cardona :

- Ah oui, moi niveau Soleil c’est bon, je suis super content, c’est bien organisé. Détail people qui n’intéressera pas les gens : on a un hôtel juste à côté, on n’a donc pas à prendre le RER. Je suis désolé pour les gens qui le prennent, mais j’évite le RER B donc rien que ce détail fait que pour moi c’est nickel.
Après pour la convention, hier c’était surpeuplé, on a halluciné, aujourd’hui ça a l’air un peu plus calme, mais c’est bien.

Florence Torta :

- Ce qu’on peut dire en tout cas c’est que tous les fans de Noob sont au rendez-vous. Ils sont toujours aussi gentils, sympa, nous ça nous fait super plaisir de voir autant de gens. Il faut quand même le dire, nous par rapport au boulot on travaille tout seuls chez nous, avec pas d’amis, et là cette amitié d’un seul coup c’est beau, et ça fait du bien au coeur, donc merci surtout à eux. Mais le festival effectivement se passe très bien et on est tous très contents !

Matthias : Merci à vous de vous déplacer en tout cas car je sais que vous venez un peu de loin, Toulon, Aix en Provence, etc. Là on va attaquer un gros morceau car il y en a (les pauvres) qui ne connaissent pas encore Noob. Est-ce que vous pouvez chacun votre tour vous présenter, etc.

Fabien : Alors je suis Fabien Fournier, je suis la personne qui a imaginé le concept de Noob, et je suis aussi l’esclave de toute une bande de personnes puisque je fais les effets spéciaux, les montages, je les rends beaux avec beaucoup d’heures de post production, je mets les curseurs, etc, je fais aussi le scénario de la bande dessinée et j’écris les romans.

Philippe : alors oui on rappelle donc que Noob est une licence cross media où il y a à la base une web-série sur internet avec des acteurs qui ne sont pas tous moches (rires) et moi donc je suis Philippe Cardona, je joue un tout petit rôle dans la websérie mais mon occupation première c’est d’être dessinateur de la bande dessinée Noob et entre autres choses je dessine d’autres séries toutes publiées aux éditions Soleil.

Florence : Pour moi c’est un petit peu comme pour les garçons sauf que j’ai un nom différent bizarrement puisque c’est Florence Torta (rires). Donc effectivement je suis dans la série en tant que PNJ (personnage non joueur) ce qui me permet de crier sur qui je veux, ce qui est quand même super bien (rires), et ensuite pour ce qui est de la BD je m’occupe du travail des couleurs.

Matthias : Merci. on va attaquer un peu l’aspect technique de la bande dessinée, parce qu’on est là pour ça ^^
Alors tout d’abord est-ce que pour les dessinateurs, et même pour la coloriste et le scénariste ça n’a pas été trop dur d’adapter un format web-série – série télé à un format bande dessinée ?

Fabien : Alors en fait toute la subtilité vient du fait que ça n’a pas été adapté parce que ça a tout de suite été imaginé comme une licence cross media. D’ailleurs, quand j’ai rencontré Philippe et Florence, c’était à la fin de la saison 1 et ils ont commencé à jouer dans la saison 2.

Philippe : En fait on s’est rencontrés avant, au milieu de la saison 1 puisque c’était à Japan expo Marseille. Noob en était alors qu’au début.

Fabien : C’est ça, et déjà quand on les voyait sur le stand parce qu’on connaissait leurs travaux d’avant avec Sentaï School, on bavait déjà en se disant « ah la la imaginez si on doit avoir un dessinateur ça serait le style idéal pour un univers comme Noob ». Donc d’entrée de jeu on savait qu’on voudrait faire ça. Mais à aucun moment on imaginait qu’on arriverait à l’échelle professionnelle. Nous c’était plus dans le fanzinat au début qu’on imaginait, on ne pensait pas à avoir quelqu’un comme Philippe, comme Florence, et encore moins les éditions Soleil.

Donc du coup on a fait Noob en web série amateur, on savait qu’il y avait cette dimension Cross media, parce que c’était frustrant, quand on fait une websérie amateur on n’a pas les moyens de prendre un dragon, une armée gigantesque, etc. Donc les romans et les bandes dessinées étaient amenées justement à palier ce manque. Donc l’adaptation n’a pas été difficile puisque c’était un complément.

Philippe : C’est vrai que c’est une adaptation sans en être une, puisqu’on ne reprend pas exactement les scénarios de la web-série, ce sont des choses en plus, des choses qui expliquent ce qu’on n’a pas pu faire dans la web série. Là ou Fabien fait ça super c’est que chaque élément cross media de Noob, que ce soient les romans, la bd ou la série, peut être pris indépendamment.

On a beaucoup de gens qui ont découvert Noob par la bd, qui ont d’abord lu et qui ne savaient pas que c’était une série, et qui après l’ont découverte. Après, en tant qu’adaptation de l’univers, au niveau graphique donc pour mon côté, c’est vrai que Fabien m’a donné des photos avec les designs, les costumes des acteurs, etc, mais très vite on est tombés d’accord sur le fait que l’intérêt n’était pas de faire des caricatures pures des acteurs. C’était dessiner les personnages.

A chaque fois je prends cet exemple : je dessine Sparadrap, je ne dessine pas Frédéric Zolfanelli l’acteur, parce que le principe de la caricature c’est que ça peut être quelque chose de très méchant. L’idée ce n’est pas de se moquer des défauts physiques d’un acteur, mais plutôt de reconnaitre le personnage, d’où l’idée de sparadrap, d’en faire un personnage assez petit, tout mignon avec une bouille bien ronde tout en gardant ses caractéristiques : les cheveux longs, la moustache, etc.

A chaque fois en fait je compare ça (à une moindre échelle parce qu’on est moins importants) à la série Clone Wars de starwars. Vous regardez clone wars vous avez les personnages, Obi-Wan, Anakin, tout ça, mais c’est pas les acteurs, c’est pas Ewan McGregor qui a été modélisé, c’est vraiment un design refait. Donc on est partis un peu là dessus. C’est sur ça que je suis parti pour le côté graphique, et puis Florence pour les couleurs.

Florence : Pour ce qui est des couleurs, d’abord on définit une palette. On a discuté un peu avec Fabien, et c’est vrai que l’univers de Noob est drôle, coloré, donc en fait c’est ça qui nous a donné notre première ligne. On est partis du principe qu’il fallait que dès qu’on ouvre une page de la bd on puisse se dire « tiens ça a l’air rigolo ». Et les couleurs participent à ça. Et effectivement après ce qui est intéressant c’est le fait que Fabien va faire ça dans la websérie quand il travaille avec des filtres, et là on peut se le permettre tout de suite.

Fabien l’intègre au scénario, ça se passe dans telle région d’Olydri, la spécificité de cette région par exemple ça va être d’avoir des roches un peu rouges, ou bien ça va être un grand champs fleuri. Donc à partir de là on déroule un petit peu, et dans l’idée c’est comme dans le dessin, la couleur c’est pareil, il faut servir le propos de l’histoire. Et effectivement quand on fait des donjons on peut se permette de taper dans des couleurs un peu plus sombres, mais si vous avez une gentille petite scène où vous avez un sparadrap champêtre, là on y va sur une couleur bien joyeuse.

Matthias : super, ça donne beaucoup d’informations techniques très intéressantes. Justement on va continuer dans cette lancée : quel est le process de création d’une bd Noob et quels outils utilisez-vous, que ce soit pour le scénario, le dessin, la couleur ?

Fabien : Donc je suis au début de l’échelle, vu que j’écris le scénario, alors il y a plusieurs choses. Là c’est marrant il y a une expo Noob pendant Japan Expo avec la bande dessinée, et des pages de scénario sont aussi exposées. Quand les acteurs sont passés ils ont dit « ah ça ressemble aux scripts de la séries » parce qu’il y a les mêmes codes couleur en fait. En rouge c’est ce qu’il va y avoir dans les bulles, en noir des explications toutes bêtes sur la scène telle que je la vois, et en vert les indications, souvent private joke, genre là il se fait défoncer un peu comme Seiya dans les Chevaliers du Zodiaque, ça c’est l’avantage parce qu’on se connait bien et on a les mêmes délires. Au delà de ça, je décris absolument tout ce que j’ai en tête.

Après, c’est ma vision on va dire en tant que créateur de Noob, mais on travaille en équipe. Philippe a une meilleure vision que moi pour ce qui est de la mise en page d’une bande dessinée. Donc si il estime qu’il faut rajouter une case, ou qu’il faut faire un découpage un peu différent, on en parle, et c’est ça qui fait que ça enrichit, ce n’est pas moi qui dit « bon bah on fait comme j’ai envie, c’est comme ça et pas autrement », ça ça ne marcherait pas ! Là, il y a vraiment cet apport mutuel, et Philippe va aussi rajouter des gags en second plan. Moi je vais garder le 1er plan et Philippe va ensuite rajouter plein de choses.

Pour la couleur c’est pareil, Florence est garante de l’équilibre de la couleur de la bande dessinée. Je ne suis pas là à tout dire, donc à part si scénaristiquement ça doit se passer une nuit je lui dit, mais si jamais je ne dis rien c’est Florence qui fait ce qu’elle veut, c’est à dire que si elle a envie de commencer à l’aurore et terminer au crépuscule la bd pour pouvoir avoir toutes les teintes, c’est possible ! A toi Philippe.

Philippe : Donc comme dit Fabien il me fournit un script vraiment détaillé mais l’avantage c’est que en fait c’est écrit de telle manière que c’est à la fois super détaillé, ça me donne des indications très précises, mais ce n’est pas rigide, pas figé, c’est pas étouffant. Ca me laisse vraiment une très très grande liberté effectivement. Fabien me propose parfois des cadrages mais je peux partir sur autre chose si ça va mieux dans la narration pour que ce soit clair, ou des fois le cadrage dont il me parle est nickel et il n’y a rien à changer. C’est vrai que c’est vraiment un travail en équipe. Chacun propose, et au final on garde ce qui est le mieux. Des fois il m’arrive de rajouter un petite case, mais c’est juste en fait ce qu’il a mis dans une case avant et je me dis que pour une narration bd c’est mieux d’en faire 2 cases. Des fois il fait 2 cases que je fusionne en une seule, mais si ça arrive 1 fois par album c’est le bout du monde, parce qu’il n’y a vraiment quasiment rien à changer dans ses scripts.

Après sur ma manière de travailler et sur mes outils c’est pas super glamour parce que je suis un vieux dinosaure, j’en suis encore au papier et au crayon, je dessine avec des crayons Col-Erase, pour ceux qui connaissent, ce sont des crayons utilisés dans l’animation avec des mines de couleur qui s’effacent très facilement, et j’encre à la table lumineuse avec des stylos feutres, des pinceaux, des fois un peu de plumes, enfin voilà. Je fais vraiment tout à l’ancienne parce que dès que je m’approche d’un ordinateur, il plante, il prend feu, il explose !

Florence : Alors moi de mon côté il y a le fait effectivement d’avoir le scénario et de le décortiquer pour voir les premières demandes. Ensuite, comme Fabien me donne beaucoup de liberté, ce que j’aime bien en tant que coloriste, c’est qu’on puisse ouvrir le bouquin pour y découvrir plusieurs ambiances, c’est à dire qu’a chaque petite scène, je vais essayer de faire une ambiance qui lui correspond bien. Bien sur il y a des cas particuliers où le scénario m’impose des ambiances bien spécifiques, la nuit, le jour etc.

Après pour ce qui est furieusement technique, je travaille sur une très vieille version de photoshop qui me convient très bien, la CS2 qui a 2 millions d’années (rires). Je reste en fait sur celle là car je n’ai pas trouvé d’autre version qui me convienne autant que celle ci. Cependant, sur un plan technique très bête, si je changeais à chaque fois mon Photoshop au nouvelles mises à jours CS, ça me demanderait de changer mes habitudes de travail et on y perdrait un temps fou… C’est donc pas possible. Parce qu’alors même que je dis ces mots, je vois Jean Wacquet, notre directeur de collection chez Soleil, en train de s’étrangler avec sa cravate (rires), donc ça ne serait pas possible.

Après ce que j’ai de plus technique dans mon boulot, c’est de travailler avec une tablette qui s’appelle la « Cintiq » qui est en fait une palette écran qui me permet honnêtement de gagner pas mal de temps. Mais après quand je fais des dédicaces j’utilise de l’aquarelle, donc l’ordinateur est juste techniquement pratique pour moi, pour les retouches qu’on peut me demander et pour l’éditeur.

Matthias : Pour la Cintiq, c’est une 12 ou une 21 ?

Florence : C’est une 12, ce qui me permet de travailler avec la Cintiq sur mes genoux et des fois même en hiver avec le chat en dessous de celle ci… Ce qui permet d’avoir une température assez chaude pour cette période là, genre 32° (rires), c’est un peu ça qui se passe.

Mais c’est assez pratique, je peux dire que c’est du bon matériel. Par contre, si je peux me permettre ce petit aparté car on me l’a déjà demandé, pour quelqu’un qui débute la couleur, on n’est pas obligé de commencer avec une cintiq car c’est un gros investissement qu’on rentabilise avec son métier. Si quelqu’un veut commencer avec une palette graphique, il suffit de choisir une petite Wacom A6 à 50 euros pour se faire la main.

Matthias : Admettons qu’il y ait un gars qui déboule comme ça dans la salle et qui vous demande quels conseils vous lui donneriez pour débuter dans la BD, le scénario ou la couleur, qu’est ce que vous lui répondriez ?

Florence : Déjà on lui répondrait de frapper à la porte, qu’est ce qui lui prend de débouler comme ça ?! (rires ^^)

Philippe : Déjà je vais regarder un peu ce qu’il fait et si il est meilleur que moi je l’attirerai dans un coin sombre pour lui péter les poignets (rires).
Plus sérieusement un conseil que je donnerais pour faire de la BD, c’est faire de la page. On a souvent des jeunes qui viennent nous voir et qui nous disent « Ouais t’as vu je dessine trop bien je fais des super personnages, regarde je fais des ninjas de Naruto »… Enfin ce que je veux dire c’est qu’en plus de savoir faire de bons personnages avec des super designs et tout il faut savoir faire une histoire avec eux, avec des décors, des enchaînements de cases etc.

Bêtement le premier conseil pour faire de la BD c’est faire de la page et donc savoir dessiner de tout : des personnages, des décors, des véhicules, des animaux… Donc il faut savoir tout dessiner, dessiner en permanence et ne pas s’arrêter à ce qu’on sait faire.

J’ai à la fois une malédiction et une bénédiction avec Noob, c’est que Fabien me demande toujours des trucs très durs à dessiner, mais au moins ça me permet toujours de faire des trucs différents. Par exemple, personnellement je n’aime pas spécialement faire des dragons, de base je n’en ferais pas si j’avais le choix, mais finalement je suis content que Fabien m’en demande très souvent car ça m’oblige à en dessiner.

Fabien rigole et Philippe enchaine : Non mais c’est vrai ! je dit ça sans déconner parce que quand je faisais les scénarios de « Sentaï school », je crois qu’on n’a jamais calé de dragon, et pourtant on en a mis des trucs (rires).
C’est pour ça que c’est bien aussi de travailler avec un scénariste car finalement ça pousse le dessinateur à aller au delà de ses limites.

Fabien : Dans le tome 8, il y aura, pour toi Philippe, l’attaque des dragons squelettes avec les vertèbres visibles et tout (rires)… Non c’est pas vrai, mais ce serait fun à faire (rires).

De mon côté c’est particulier car je n’ai pas milité d’entrée pour être scénariste de BD. Moi je suis quelqu’un qui adore raconter des histoires, peu importe le média. D’ailleurs avant d’avoir une caméra entre les mains, je dessinais moi même des petits « fanzines » mais c’était abominable, il n’y avait aucun avenir là dedans. Mais en tout cas j’avais besoin de raconter des histoires, donc je pense que pour être scénariste, que ce soit dans la bande dessinée, dans la web série, de films, de romans, il faut avoir le besoin de raconter des histoires tout le temps. Si jamais on commence un scénario dans le même esprit que quand on commence une rédaction… c’est mort ! Il faut que la personne aime vraiment ça.

Pour moi c’est pratique car c’est comme ça que Gaea s’endort le soir, elle me dit « vas y Fabien parle moi de scénario »… À peine je commence à lui parler de scénario qu’elle s’endort de suite (rires). Donc voilà, endormez les gens et quand vous y arriverez, vous serez scénariste attitré.
La clé c’est d’avoir envie de raconter des histoires.

Florence : Pour ce qui est de la couleur c’est un petit peu ce qu’expliquait Philippe. J’ai fait pas mal de couleur pour de l’illustration et j’ai pu réaliser qu’un travail dans ce domaine là demande un souci du détail extrêmement poussé. La couleur de BD demande à la fois du détail et une visibilité. C’est à dire que sur une page, on a beau dire on à beau faire, il y a une moyenne de 8 cases. Si dans chaque case on fait un truc super beau et détaillé, à la fin ce sera vraiment illisible et on ne lira plus rien. Il faut donc trouver un équilibre entre les deux, ce qui fait que c’est un boulot particulier.

De ce fait, avec Philippe on s’engueule car il me dit souvent que je ne mets pas la bonne couleur… Je lui réponds alors à chaque fois « oui mais si j’en mets plus ça va devenir n’importe quoi ! C’est carnaval » (rires).
Donc on s’engueule un petit peu pendant deux, trois jours là dessus, en ne se parlant plus, puis ensuite finalement comme j’ai plutôt la dent dure la plupart du temps, c’est moi qui remporte le steak (rires) … (NDLR : Philippe à ce moment là n’a pas l’air convaincu mdr)

Pour revenir aux conseils, je ressens à la fois ce que dit Fabien et Philippe. Pour ce que dit Philippe, la couleur BD va demander de faire de la couleur pour de la BD et non pour de l’illustration.

Pour le scénario (je me le permets car je suis aussi scénariste), Fabien a raison, le premier moteur c’est l’envie et on ne peux pas faire ça sans. C’est à dire que la BD est un boulot très sympa, mais il y aussi quelques côtés ingrats. Le fait d’être seul et de travailler dans son coin fait qu’il faut avoir cette envie au ventre quel que soit le domaine, sinon on ne s’en sort pas…

Matthias : Justement, quand on fait de la BD on est souvent un peu seul devant sa table à dessin et son ordinateur, livré à soit même. Est ce que suite à ça vous n’avez pas envisagé de travailler en atelier avec d’autres artistes ?

Florence : Moi j’ai déjà travaillé en atelier car j’ai fait de la couleur avec Lyse au sein de l’atelier Crazy Toon, l’atelier d’Aix en Provence créé par Didier et Lyse Tarquin (qui sont hyper gentils ^^). Didier et Lyse m’ont beaucoup apporté dans le métier surtout Lyse qui m’a formé… D’ailleurs je l’appelle Obi-wan et je dit toujours « Obi-wan m’a bien formé » (rires)

Fabien : Tu es donc Anakin ?

Florence : Tout à fait, c’est moi (rires). Mais effectivement, le travail en atelier c’est différent parce que vous avez une vraie émulation du fait d’être avec d’autres personnes… Ça a de très bon points, mais bon après d’un autre côté, il ne faut pas le cacher, quand on a eu une mauvaise journée c’est mieux d’être tout seul car ce n’est pas toujours facile. Au final, j’aime bien faire un peu des deux. En tant que coloriste, j’aime bien travailler avec des gens à côté de moi, mais en tant que scénariste, j’ai besoin les premiers temps d’être totalement seule pour créer mon ossature de scénario. En fait ça dépend des projets, mais travailler en atelier est une bonne chose ne serait-ce que pour l’émulation.

Philippe : Alors moi je n’ai jamais travaillé en atelier, j’ai toujours voulu essayer, mais je sais très bien que pour moi il faut que ce soit atelier à mis temps : Le matin atelier, l’après midi, quête du graal, après un voyage, le lendemain matin atelier… Bref, tout ça parce que (comme pour Florence) il y a des étapes où on a besoin d’être seul et concentré. Par exemple quand je fais le storyboard, qui est l’étape la plus importante car c’est là qu’on détermine la structure de la page pour que ça soit bien lisible et cadré, c’est là que j’ai besoin d’être vraiment seul et concentré…

Pareil quand je crayonne, j’aime bien faire ça avec de la musique.

Après pour l’encrage, je suis moins fermé, en général je suis avec Florence dans la même pièce, on peut discuter, on peut se mettre des films, il y a des gens qui passent à la maison… Donc voilà l’atelier ce serait à mi-temps mais j’aimerais bien essayer.

Fabien : Ben moi c’est particulier car quand on écrit, il est difficile d’être avec quelqu’un, donc je m’isole beaucoup. Quand je fais les effets spéciaux pour la websérie c’est pareil, car souvent je mets de la musique et j’imagine en même temps quelle sera ma prochaine histoire… Donc je suis toujours dans ma bulle en fait quand je travail, la solitude me va bien… Je suis un fervent défenseur de la solitude parce qu’au moins ça permet de créer, de s’évader complètement… Mais moi c’est particulier parce que j’écris, difficile de créer en atelier je pense.

Philippe : Après pour rebondir, nous, Florence et moi, on a fait du scénario ensemble pendant plusieurs années pendant qu’on faisait Sentaï school et Serge le Hamster de l’enfer. Là on est en train de créer un nouveau projet ensemble qui démarrera l’année prochaine chez Soleil, mais je ne sais pas si on peut parler d’atelier quand on écrit ensemble parce que c’est vraiment une sorte de ping pong où on se renvoie des bêtises. Quand on fait de l’humour on arrive bien à écrire à deux, mais quand on fait des histoires sérieuses on est bien chacun dans notre coin.

Fabien : je nuance quand même parce qu’en terme d’écriture, il y a la phase d’écriture pure où je suis tout seul, mais ensuite il y a une énorme discussion avec l’actrice qui fait Gaea qui elle m’épaule scénaristiquement et effectivement le coup du ping pong est une vraie valeur ajoutée, car quand on est tout seul peut être qu’on peut s’enfoncer dans quelque chose qui ne fait rire que soi en fait, sans avoir de recul, puis le jour où on publie c’est bien d’avoir quelqu’un avec qui discuter. Donc moi, ma muse, c’est Gaea qui apporte beaucoup sur la série Noob.

Matthias : Alors un truc qui m’a énormément interpelé, c’est que tu m’as dit qu’il y allait y avoir un futur projet… Y a t’il un petit spoil, une petite avant première ou c’est encore confidentiel ?

Philippe : Alors c’est pas vraiment confidentiel, c’est confidentiel sans l’être en fait. On dit depuis un moment avec Florence qu’on a un nouveau projet qui sort l’année prochaine. On espère en Juin 2013 voir notre nouveau projet avec Soleil qui va faire de la pub, mais un truc de malade vous n’avez même pas idée : des dirigeables, des pom pom girls, des affiches, notre éditeur Jean Wacquet déguisé en otarie géante… Bref un truc de fous ! (rires)

On ne cache pas qu’il y a un nouveau projet qui arrive l’année prochaine, qu’on écrit ensemble pour ceux qui connaissent notre travail sur Sentaï School en tant que scénaristes ça va être dans le même esprit, c’est à dire que c’est totalement idiot, plein de blagues débiles avec des dialogues totalement crétins, des personnages stupides, voilà ! Au niveau du dessin, forcément graphiquement ça ressemblera à Noob tout en essayant de s’en éloigner un peu pour que chaque série ait son identité et que ça ne fasse pas copier-coller.

Après on n’en dit pas plus, tout bêtement ce n’est pas parce que c’est top secret, mais parce que c’est dans un an, on ne veut pas teaser les gens en disant « ouais ça va vous parler de ça et tout » parce qu’on sait très bien qu’en un an il se passe plein de choses. Les gens vont passer à autre chose. On a le tome 6 de Noob qui vient de sortir, le tome 7 qui va sortir à la fin de l’année 2012, on aura le tome 8 avant, donc voilà, on ne veut pas gaver les gens en leur disant qu’on a un super truc qui arrive alors que l’actualité pendant un an va être autour de Noob. Fabien aussi a d’autres projets, il veut peut-être en parler lui même.

Matthias : Neogicia ?…

Fabien : Bien vu ! Tu es un journaliste de talent, je te félicite ! :) Oui c’est Néogicia, on n’a pas encore signé avec Soleil mais on a l’accord de principe, j’ai le contrat sur ma boite email, donc on n’est pas loin, il faut juste que je le lise, mais à la Japan expo ce ne sont pas les meilleures conditions !
Dans l’idée, ça sera dessiné par l’acteur qui fait Ash le farmer chinois, donc Phanat Pak, et ça serait pour les environs de Japan Expo 2013.

Philippe : Donc Japan Expo 2013 il faudra y être parce qu’on aura Noob 8, Neogicia Tome 1, notre nouveau projet à Florence et moi, bon alors on va le balancer, ça va s’appeler Roll Queer (NDLR : l’orthographe n’est pas sûre étant donné que c’est un scoop !). Certaines personnes connaissent peut-être déjà le truc, mais voilà c’est le scoop !

Matthias : Je suis très content de ce scoop, je suis sifflé, peut-être que Florence a un truc à ajouter ?

Florence : Oui, écoute, en fait étant donné qu’on a tous beaucoup de projets, moi là je viens de sortir un bouquin qui s’appelle Entre chien et loup aux éditions Tonkam, et puis on va voir un petit peu ce que ça donne, et je continue à écrire d’autres projets aussi bien sûr, puisqu’il ne faut pas se fermer à un seul bouquin. Effectivement il y a Roll Queer avec Philippe qui est bien n’importe quoi, et ensuite j’ai des projets un petit peu plus sérieux, mais c’est vrai que là l’année qui vient de toute façon on a déjà du Noob devant nous, et puis bon bah on continue comme ça parce que déjà on se marre bien, donc c’est ça qui est le principal !

Matthias : Que de projets, ça fait plaisir de voir tous ces projets qui vont venir d’ici Japan expo 2013. Encore une petite question pour Florence : je sais que tu fais beaucoup de couleur, du scénario, mais est-ce que tu dessines, ou dessinais avant, je suis curieux, j’ai toujours voulu savoir ça !

Florence : Oui je dessinais et je dessine toujours, le fait est que j’ai le temps de faire quelques illustrations de temps en temps mais pas vraiment de pages, donc en fait c’est pour ça que je n’en fais pas. Honnêtement je n’ai pas le niveau de Philippe ni celui de Phanat, parce que ça se passe bien pour tous les deux, mais effectivement de l’illustration j’en fais pour moi, donc ça m’arrive de faire des choses qui me sont complètement personnelles de A à Z puisque je peux faire scénario, dessin, couleur.

Fabien : Il faut aussi ajouter quelque chose, c’est que Florence Torta dessine très bien le Yaoï, elle est très très forte pour ça ! (rires).

Matthias : Une défense ?! :)

Florence : En fait c’est vrai qu’on a une magnifique scène Yaoï dans Noob pour les gens qui la connaitraient pas jetez-vous sur l’album, c’est formidable ! (NDLR : il s’agit du tome 4). Les pages Yaoï de l’album ont été faites par Philippe, mais de manière très amusante tout le monde vient le voir en demandant : « c’est Florence qui les a faites ? », eh non ! Mais c’est vrai qu’en fait justement c’est un petit peu ça le côté communauté ou là on se marre bien c’est que de temps en temps il y a des gens qui ont des perles en dédicaces, et je me rappelle avoir envoyé une dédicace à une demoiselle qui avait gagné un concours où je lui ai fait un fantôme super beau, cheveux au vent et qui s’appelait « le niveau 100 est celui de ton coeur », et on fait que des trucs comme ça dès qu’on a 3 minutes, donc effectivement ça peut m’arriver !

Fabien : Et d’ailleurs en parlant de ça, Gaea ne lache absolument pas cette idée : elle veut qu’on rédige le bouquin qui est vendu dans la bd Noob, le livre Yaoï. Elle veut absolument qu’on le fasse !
Je lui dis « mais non c’est juste un clin d’oeil », et elle répond « je m’en fous, je le scénarise moi-même si il le faut ! ». Donc peut-être qu’un jour on pourrait l’avoir…

Philippe : Le livre c’est « Le fantôme tombé du 7ème ciel » je crois, c’est un livre qu’écrit Gaea dans le tome 4 qu’elle vend au début du tome 5. C’est vrai que ça pourrait être pas mal. Il y a déjà des fans de la websérie qui ont écrit une fan fiction Yaoï entre Omega Zell et Phantöm ! Je ne l’ai pas lue mais il parait qu’elle envoie du pâté !

Matthias : Maintenant on va sortir un peu de la bd Noob. En fait j’ai envie de vous demander quelles sont vos bd et vos jeux préférés du moment.

Philippe : Ma BD préférée du moment mais ça fait très longtemps, c’est One Piece, c’est la meilleure Bd de l’univers de tous les temps, Eiichiro Oda est Dieu, et Akira Toriyama c’est Dieu aussi parce que lui il a fait docteur Slump. Ce sont mes oeuvres culte, mais après j’aime énormément de choses dont je n’ai pas le temps de faire la liste, j’aime énormément de Comics aussi, Ultimate Spider-man, Invicible, etc.

Fabien : Si je dois citer quelque chose qui m’a beaucoup influencé, je citerai un manga qui s’appelle Fly (Dragon Quest) qui m’a énormément plu. Après quelque chose de plus urbain, je citerai City Hunter et les séries Dragon Ball en manga. Puis mon top 3 jeux vidéos c’est Zelda III sur Super Nintendo, Secret of Mana sur Super Nintendo et Final Fantasy VII sur playstation.

Philippe : J’ai oublié de parler des jeux vidéos. Donc pour moi en jeux vidéos je n’ai pas de top 3 aussi bien fait que Fabien, mais je peux quand même citer Secret of Mana, Chrono Trigger, Zelda III et plus récemment Resident Evil 4 et 5 même si je sais qu’il y a beaucoup de gens qui les ont critiqués car ils étaient beaucoup action etc. Mais bon ça fait partie des jeux que j’ai fait 8 ou 9 fois et dont je ne me lasse toujours pas. Je peux y jouer des soirées entières quand je ne fais pas des pages de BD (rires).

Florence : Pour la BD, ça fait toujours beaucoup rire mes amis car j’ai des « goûts d’homme ». J’adore et j’adule Jojo’s Bizarre adventures, Berserk… C’est ce genre de séries que j’adore.

Une Bd qui m’a donné énormément envie de faire de la bande dessinée, c’est City Hunter. Quand j’ai vu qu’on pouvait faire un truc comme ça je n’en croyais pas mes yeux… « c’est formidable ! ». Ensuite il y a d’autres séries qui me plaisent énormément comme « Coq de combat » qui est juste génial mais qui met quelques temps à sortir. Il y a aussi Hellsing, MPD Psycho qui est un bijou autant graphique que scénaristique, Death note…. En fait j’aime bien les séries sombres.

Pour ce qui est jeux vidéos, ça va paraître bizarre pour certaines personnes, mais ma folie de toujours c’est Tétris, je suis à « bloc », empiler des cubes c’est trop bien ! (rires)

(NDLR : Fabien dit à ce moment là en rigolant que c’est peut être toutes les couleurs de Tétris qui lui ont donné envie d’être coloriste.)

Florence : En jeux j’aime aussi Zelda III (je ne sais pas combien de fois je l’ai fait), Final Fantasy VII puis les Résident Evil, bon je fait rire tout le monde quand j’y joue car je parle à mes personnages ! (rires)

Matthias : Enfin, quel est votre meilleur souvenir de Japan Expo ?

Fabien : Pour ma part c’est plutôt un double souvenir car c’est la projection du final de Noob de l’an dernier et celle de cette année. À chaque fois il y a une telle énergie envoyée par le public, c’est vraiment formidable… Voir tout ces gens qui crient, qui hurlent pour récompenser le travail de toute une année, avec toutes les séances de tournage où on a souffert, dans le chaud, dans le froid.

On projette tout ça sur grand écran et les gens hurlent et réagissent à des moments où on ne s’y attend pas forcément. Bref ça fait vraiment plaisir, ces 2 projections sont clairement mes meilleurs souvenirs.

Philippe : Pour moi c’est à peu près pareil, c’est une expérience qui se renouvelle chaque année. Comme le dit Fabien, c’est le fait de voir l’accueil des fans qui nous crée nos meilleurs souvenirs. La BD, c’est un travail qu’on fait chez nous tout seul toute l’année… On s’est toujours marré en faisant Sentaï School, Serge le hamster de l’enfer et maintenant Noob sans savoir forcément si ça faisait marrer le public… C’est pour ça que quand on voit des files d’attentes de 20, 40 voire même 50 personnes, qui se sont marrées sur la BD et qui sont là pour attendre des heures afin d’obtenir une dédicace, ça me fait chaud au coeur.

Je me rappelle dans cet esprit là, un très très bon souvenir de Japan Expo qu’on à eu, c’était quand j’ai vu débarquer un groupe de cosplayeurs déguisés en personnages de Sentaï school… C’était toute une bande de fans, une douzaine je crois, déguisés en presque tous les personnages de la série.

Sinon « souvenir à la con », tout à l’heure j’ai croisé le mec de Bref qui m’a demandé où étaient les toilettes (rires). Tu vois, moi j’envoie du lourd niveau souvenirs !

Florence : Pour moi mes meilleurs souvenir se re-manifestent chaque année, car c’est le fait de pouvoir rencontrer les gens. Les gens qu’on rencontre sont vraiment tous extrêmement gentils. Un truc qui m’arrive souvent et qui fait rire les garçons c’est quand une file d’attente de dédicace est un peu désordonnée, j’y vais, je passe dans les rangs et je dis « bonjour je suis l’auteure, alors mettez vous comme ça, puis toi range toi sur le côté… » (rires)…

Mais bon c’est vrai que les gens sont très gentils car quand on leur explique qu’à cause de nos plannings il n’y aura pas tout le monde dans la file qui pourra avoir des dédicaces, les gens sont très compréhensifs et sont quand même très contents de repartir avec une signature plutôt qu’avec un dessin. En plus de ça il y a beaucoup de gens qui nous amènent des bonbons, des dessins… Bref les gens sont vraiment très gentils.

Après, autre souvenir sympa, même si j’ai un petit rôle dans la série Noob, ça fait toujours plaisir d’assister aux projections finales avec les réactions des gens…

Pour finir sur un plan personnel, comme cette année je présente ma nouvelle série « Entre chien et loup », il y a trois jeunes demoiselles qui sont venues en cosplay de mes personnages et là je peux dire que ça fait extrêmement plaisir.

Matthias : Merci beaucoup de m’avoir accueilli pour cette interview car ça fait extrêmement plaisir, et à très bientôt pour de nouvelles aventures ! ^^

Philippe : je rajoute un petit mot quand même car il y a quelqu’un qui n’est pas là et qui est en plus dégouté de ne pas être là… C’est Sparadrap :’(
Frédéric on t’aime et ça fait chier que tu ne sois pas là !

Tout le monde : À bientôt, à peluche !

Découvrez aussi :

5 commentaires

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. gueillet

    Slt, a des moment(s) on voit Philippe en train de rigoler des commentaires des 2autres auteurs… ( rire )
    Mais sinon… Super interview, super- gros- méga- immense privilège !!

    1. Matthias

      c’est toujours trop marrant de voir les auteurs se lancer des vannes entre eux :)

  2. Tig

    Woaaaaaaah !! La claaaasse ! Dans l’truc VIP et tout ! ^^

    1. Matthias

      ouiii ^^!!! j’étais trop content :)

  3. Foulo

    Bravo Matthias pour cet interview que je viens de découvrir. Nouvelle membre de ton site et très contente de l’être ! L’entretien est vraiment super bien mené, les artistes sont heureux de partager leur savoir faire et leurs goûts, un peu leur vie. J’adoooore !

  1. Warpzone Project FanArt en 5 étapes

    [...] Fabien Fournier, le créateur de l’univers Noob, que se soit dans la Web série, la BD (voir interview des créateurs de la bd Noob), les romans [...]

  2. Interview Zimra et Rutile pour leur BD Mytho

    [...] avoir participé au mantra collectif Sentaï School (avec Florence Torta et Philippe Cardona, que l’on a interviewés à propos de la bd Noob) puis à Lord of Burgers en tant que cleaneuse, Zimra s’est entièrement chargée du dessin [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>